La précarité des finances publiques est incompatible avec les nombreuses promesses faites par le gouvernement au cours des derniers mois

Échec du système gouvernemental politique représentatif totalitaire et du système économique monétaire capitaliste oligarchique.

 

Frénésie en Mauricie
Une cascade de 75 engagements gouvernementaux s’est abattue sur le
Centre-du-Québec et la Mauricie au début du mois de février. Cela coïncidait avec la tenue du caucus du Parti québécois, à Shawinigan, en prévision de la reprise des travaux à l’Assemblée nationale. Le gouvernement a lui-même associé ces annonces à « une tournée exceptionnelle des membres du gouvernement du Parti québécois ». Ainsi, en moins d’une semaine, le gouvernement a fait montre d’une grande frénésie dans une région où le PQ ne détient que trois des neuf circonscriptions.

L’engagement champion
Parmi toutes les annonces du gouvernement péquiste depuis janvier, celle concernant la Stratégie nationale de la mobilité durable remporte la palme par son ampleur financière. Ainsi, la mesure centrale de la Stratégie est le transfert de 958 millions des budgets de réfection routière vers les transports en commun, d’ici 2020. Quant aux nouvelles sources de financement qui seront nécessaires pour augmenter de 30 % l’offre de transport en commun comme il le propose, le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, n’a donné aucune indication. Les élections devraient apporter quelques réponses.

Bonnet blanc et blanc bonnet
Le gouvernement Marois n’a rien inventé avec son sprint préélectoral qui fait déferler des millions en investissements sur le Québec. La méthode a été éprouvée par les libéraux également. Au printemps 2006, le gouvernement de Jean Charest jonglait avec l’idée d’appeler
les citoyens aux urnes bien que les élections n’eurent lieu qu’en mars de l’année suivante. Entre mai et août 2006, les libéraux ont été très actifs dans la distribution de fonds publics. Les annonces d’investissements totalisaient alors plus de 3 milliards.

Avalanche opportuniste
Dans la foulée du premier épisode de rumeurs d’un déclenchement hâtif des élections, l’automne dernier, la Coalition avenir Québec a fait ses choux gras de l’« avalanche d’annonces électorales » du gouvernement du Parti québécois. Selon la CAQ, Pauline Marois et son équipe ont fait 276 annonces, entre le 19 août et le 20 novembre 2013, pour « un montant hallucinant » de 10 milliards de dollars. Parmi les annonces, notons le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal. Le chef caquiste, François Legault, a dénoncé cette pratique associée à de l’« opportunisme politique ».

Précarité financière
Avec la présentation du budget du gouvernement, jeudi dernier, la Fédération des chambres de commerce (FCCQ) a dit constater la précarité des finances publiques, ce qui est « incompatible avec les nombreuses promesses faites par le gouvernement au cours des derniers mois ». Pour étayer son propos, la FCCQ a présenté une liste des stratégies gouvernementales annoncées et l’évaluation budgétaire qui y est associée. On y trouve, par exemple, la politique industrielle (2,1 milliards de 2013 à 2017), le réinvestissement dans les universités (1,7 milliard jusqu’en 2018-2019) et la politique nationale de la ruralité (470 millions entre 2014 et 2024).

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s