Albert Einstein a dit – Normand Baillargeon – Voir.ca

http://voir.ca/normand-baillargeon/2014/03/14/albert-einstein-a-dit/

Albert Einstein a dit

14 mars 2014 13h23 · Normand Baillargeon

C’est aujourd’hui l’anniversaire d’un de mes grands héros, Albert Einstein, né le 14 mars 1879 à Ulm, Wurtemberg. Il est mort le 18 avril 1955 à Princeton, New Jersey.

Einstein

Voici un texte politique de lui, puis, plus bas, quelques savoureux passages dans lesquels il se montre particulièrement en verve!

Je rêve d’éditer les écrits politiques d’Einstein auquel j’ai d’ailleurs consacré un très long texte dans Québec Sceptique : avis aux éditeurs intéressés.

Un credo socialiste

[…] l’essence de la crise de notre époque [tient à] la relation de l’individu à la société. L’individu est plus que jamais conscient de sa dépendance envers la société. Mais au lieu de concevoir cette dépendance comme un atout, comme un lien organique, comme une force protectrice, il la perçoit au contraire comme une menace à ses droits naturels ou même à sa survie économique. […] Le chaos économique de la société capitaliste telle qu’elle existe aujourd’hui est selon moi la véritable source du mal. […] La situation qui [y] prévaut est caractérisée par deux principes : d’abord, les moyens de production (le capital) sont possédés privément et leurs propriétaires en disposent à leur guise; ensuite, le contrat de travail est libre. Bien entendu, il n’existe pas en ce sens de société capitaliste pure. Il faut en particulier noter que les travailleurs, par de longs et amers combats politiques, ont réussi à obtenir, pour certaines catégories d’emplois, une forme légèrement améliorée de «contrat de travail libre». Mais prise dans son ensemble, l’économie actuelle ne diffère guère du capitalisme «pur». On produit pour le profit et non pour l’usage. Aucune disposition n’est prévue pour assurer que tous ceux qui peuvent et désirent travailler pourront trouver de l’emploi et une armée de sans travail existe presque toujours. Le travailleur a constamment peur de perdre son emploi. […] Le progrès technologique entraîne souvent un accroissement du chômage, au lieu de servir à alléger à tous le fardeau du travail. […] La compétition sans freins produit un gigantesque gaspillage de travail, ainsi que cette décrépitude de la conscience individuelle dont je parlais plus haut. Celle-ci est à mes yeux le plus grand des maux que cause le capitalisme. Notre système d’éducation tout entier en souffre. Une excessive compétitivité est inculquée à l’élève, qui est formé pour idolâtrer le succès dans l’accumulation de biens […] Je suis persuadé qu’il n’y a qu’une manière d’éliminer ces terribles maux, à savoir par l’établissement d’une économie socialiste et d’un système d’éducation qui serait orienté vers des buts sociaux.

(EINSTEIN, A., Out of my later years, passim, pages 127-130, traduction: Normand Baillargeon)

Sans oublier ceci:

Si on démontre que ma théorie de la relativité est vraie, l’Allemagne dira que je suis un citoyen allemand et la France dira que je suis un citoyen du monde. Mais si on prouve que ma théorie est fausse, la France dira que je suis Allemand et l’Allemagne dira que je suis Juif.

La gravité n’est pas responsable du fait que les gens tombent en amour.

La chose la plus incompréhensible au monde est que le monde soit compréhensible.

Ne vous inquiétez pas trop de vos problèmes avec les mathématiques : je peux vous assurer que les miens sont bien plus grands.

Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue.

Pour me punir de mon mépris pour l’autorité, le destin a fait de moi une autorité.

Dans la mesure où elles s’appliquent au réel, les lois des mathématiques ne sont pas certaines; dans la mesure où elles sont certaines, elles ne s’appliquent pas au réel.

Le bon sens est l’ensemble des préjugés qu’on a acquis à 18 ans.

Ce n’est pas tout ce qui peut être compté qui compte et tout ce qui compte ne peut pas être compté.

Tout ce qui est vraiment grand et inspirant est créé par un individu qui travaille librement.

Le nationalisme est une maladie infantile. C’est la rougeole de l’humanité.

Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé.

Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l’Etat te le demande.

Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton.

(Traduction: Normand Baillargeon)

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s