Près de 8,5 G$ de profits pour les banques – Argent

Échec du système économique monétaire capitaliste oligarchique.

http://argent.canoe.ca/nouvelles/canada/pres-de-85-g-de-profits-pour-les-banques-4032014

Près de 8,5 G$ de profits pour les banques

Les banques canadiennes ont empoché 8,49 G$ de profits au premier trimestre de leur exercice 2014, soit une hausse de 11%. Quatre sur six ont établi des records mais les consommateurs ne seront plus leur source de croissance.

Les volumes de prêts et de dépôts ont augmenté de façon généralisée. Alors que les ménages sont endettés à 163% de leur revenu et que les taux d’intérêt sont bas, le contexte d’affaires se corse.

«Le prêt aux particuliers a beaucoup ralenti depuis deux ans, souligne Peter Routledge, analyste qui suit les institutions financières à la Financière Banque Nationale. Les activités d’entreprise ont crû, mais pas assez pour tout remplacer. Les marges d’intérêt semblent avoir touché un creux. Elles ne devraient plus tomber.»

«Les ménages seront au ralenti pour une décennie, prédit-il. Il faudrait que les petites entreprises empruntent plus mais elles ne le font pas. C’est un vrai vent de face.»

L’eldorado étranger

Plusieurs banquiers rapportent cependant de bonnes nouvelles de l’étranger. La TD (TD) indique que les États-Unis lui procurent une bonne croissance. La Banque de Montréal (BMO) voit elle aussi du potentiel chez l’oncle Sam, en plus de faire plus d’argent avec ses clients d’entreprise. À la Scotia (BNS), l’Amérique latine et l’Asie semblent prometteurs.

L’expansion à l’extérieur est effectivement payante pour la TD mais les deux autres devront s’armer de patience, indique M. Routledge.

«La Scotia est prometteuse à long terme, dit-il, mais elle a de la difficulté à faire croître les profits [à court terme] parce que ses dépenses sont élevées. Chez BMO, le secteur bancaire aux États-Unis souffre d’une compression des marges de profit parce que les nouveaux prêts ont des taux d’intérêt moins intéressants que ceux qui arrivent à maturité.»

Selon l’analyste, la Banque Royale (RY) est un joueur à surveiller. «Les États-Unis lui donnent 60% de ses revenus provenant des marchés des capitaux, et c’est rentable. Les profits montent plus rapidement là-bas que pour la BMO.»

La gestion de fortune rapporte aussi. Les actifs confiés aux banques ont encore gonflé et les acquisitions ont fait plus que leur part.

«Ce sera le centre d’attention des acquisitions pour toutes les banques, tant que ce sera [un secteur] peu volatile et en croissance», fait savoir Peter Routledge.

Pendant le premier trimestre, les filiales d’assurance ont épongé plus de réclamations, notamment pour les sinistres.

«Il faut aussi surveiller le risque de crédit, soutient M. Routledge. C’est bénin pour l’instant mais un jour ce sera pernicieux et les pertes s’accéléreront. Ça n’arrivera toutefois pas cette année.»

Les profits au premier trimestre

Banque Nationale: 405 M$
BMO: 1,06 G$
Banque Royale: 2,09 G$
Banque TD: 2,04 G$
Banque Scotia: 1,7 G$
CIBC: 1,18 G$

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s