Le Canada doit s’occuper des autochtones en priorité, selon l’ONU | selon l’onu

http://www.journaldequebec.com/2014/05/12/le-canada-doit-soccuper-des-autochtones-en-priorite-selon-lonu

Le Canada doit s’occuper des autochtones en priorité, selon l’ONU

James Anaya

GENÈVE – Les membres des Premières Nations du Canada continuent de vivre dans des conditions nettement inférieures à celles des non-autochtones et le climat de méfiance qui règne dans les relations avec le fédéral s’intensifie, indique un nouveau rapport de l’ONU.

James Anaya, le rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones de l’ONU, a publié un rapport sur la situation des peuples indigènes au Canada, lundi. M. Anaya a basé son étude sur plusieurs sources, notamment des données récoltées sur le terrain lors d’une visite au Canada du 7 au 15 octobre 2013.

M. Anaya affirme que malgré un cadre politique et juridique bien développé et mis en place pour protéger les autochtones, les défis demeurent gigantesques pour combler l’écart entre les conditions de vies des autochtones et des non autochtones au Canada. Les efforts des gouvernements fédéral et provincial ne sont pas suffisants, estime-t-il.

Le rapporteur de l’ONU soutient aussi que les règlements de revendications territoriales s’éternisent, les femmes et les fillettes sont trop souvent victimes de sévices et une méfiance aiguë domine les relations avec tous les ordres de gouvernements.

«Les problèmes des peuples indigènes méritent d’être une priorité à tous les niveaux de gouvernements, dans tous les ministères, peut-on lire dans le document rendu public lundi. Des mesures concertées, issues d’un véritable partenariat avec les dirigeants des Premières Nations, sont essentielles pour régler la situation à long terme.»

Consultation et ressources naturelles

Le manque de consultation auprès des Premières Nations dans l’exploitation des ressources naturelles a également été mis de l’avant dans le rapport.

«Lorsqu’il y a finalement consultation, les grandes compagnies ont déjà fait leurs travaux d’exploration et leurs études. Pour ces entreprises, accommoder les Premières Nations constitue une déviation de leur plan, écrit M. Anaya. Ce processus accentue les hostilités plutôt que de favoriser une vision mutuellement intéressante.»

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s