Thaïlande : l’armée va appliquer la loi martiale

Échec du système gouvernemental politique représentatif totalitaire.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/05/20/thailande-l-armee-decrete-la-loi-martiale_4421669_3216.html

Thaïlande : l’armée va appliquer la loi martiale

Des soldats thaïlandais à Bangkok, le 1er avril.Des soldats thaïlandais à Bangkok, le 1er avril. | AFP/NICOLAS ASFOURI

L’armée thaïlandaise a décrété mardi 20 mai l’application de la loi martiale dans le royaume, marqué par des mois de crise politique et des manifestations anti-gouvernementales qui ont fait 28 morts et des centaines de blessés.

L’instauration de la loi martiale, qui donne à l’armée davantage de pouvoir, vise « à restaurer la paix et l’ordre public », selon les militaires qui se sont exprimés à la télévision au petit matin.

« Déclarer la loi martiale n’est pas un coup d’Etat. Le public ne doit pas paniquer et continuer à vivre sa vie normalement. »

L’armée avait menacé la semaine précédente d’intervenir dans la crise, après la mort de trois manifestants dans une attaque à la grenade en plein Bangkok.

Les militaires avaient jusqu’ici refusé jusqu’ici de se laisser entraîner dans une intervention, même quand les manifestants semaient le chaos en occupant ministères et bâtiments publics.

LE GOUVERNEMENT INTÉRIMAIRE « EXISTE TOUJOURS »

Le calendrier de l’opposition s’est néanmoins accéléré ces derniers jours. Ils tentent de profiter de la faiblesse du gouvernement intérimaire, nommé après la destitution, le 7 mai, de la première ministre, Yingluck Shinawatra.

Lire : Tout comprendre à la paralysie politique en Thaïlande

Après l’annonce télévisée des militaires, ce cabinet de transition a assuré rester en fonction, même s’il n’a pas été prévenu par l’armée de la décision d’instaurer la loi martiale, selon un conseiller gouvernemental.

« Déclarer la loi martiale relève de l’autorité militaire. (…) Le gouvernement intérimaire existe toujours. »

Les manifestants d’opposition, qui campent devant le siège du gouvernement à Bangkok, réclament, eux, la nomination d’un premier ministre « neutre » et repoussent jusqu’à nouvel ordre la tenue d’élections, suscitant des inquiétudes quant à leurs aspirations démocratiques.

Lire nos explications : La Thaïlande à la recherche d’une sortie de l’impasse politique

Voir notre carte : « Chemises rouges et jaunes », la Thaïlande divisée

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s