Un système d’épouvantails et de pions – Diktacratie

http://diktacratie.com/un-systeme-depouvantails-et-de-pions/

Un système d’épouvantails et de pions

Un système d’épouvantails et de pionsle 25 février, 2014 dans Afrique, Dictature de l’économie parCedric – Yohan

Les plus grands criminels de la planète ne sont pas les Bachar, les Ben Laden ou autres Kadhafi. Bien au contraire, combien même ils peuvent être de vrais résistants, on les diabolise et les utilise surtout comme épouvantails. Les vrais malfaiteurs, eux, ne se donnent jamais en spectacle comme un Hitler au meilleur de sa forme, mais sont d’autant plus dangereux qu’ils agissent derrière le rideauVous ne les voyez donc pas, et pourtant, ils nous gouvernent, nous manipulent comme si nous étions des pions.

Des “pions de casino” comme le disait si bien Thomas Sankara :

On nous a présenté des dossiers et des montages financiers alléchants. Nous sommes endettés pour cinquante ans, soixante ans et même plus… La dette ne peut-être remboursée. La dette ne peut pas être remboursée parce que d’abord si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs. Par contre si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyez-en sûrs également. Ceux qui nous ont conduits à l’endettement ont joué comme au casino. Tant qu’ils gagnaient, il n’y avait point de débat. Maintenant qu’ils perdent au jeu, ils nous exigent le remboursement. Et on parle de crise.»

Il criait ces vérités il y a 25 ans, quelques mois avant d’être assassiné. Pourquoi ne l’a-t-on pas entendu ?

Pourquoi continuons-nous à servir un système qui ne condamne jamais les vrais responsables de son déclin? Un système arrogant laissant libre cours à la voracité d’un Total ou d’un Areva pendant que les peuples, eux, ne mangent plus à leur faim. Un système, aux ingérences philanthropiques, détruisant des pays grâce aux armes d’un Dassault, pour qu’ensuite l’ami Bouygues reconstruise sur les ruines… Un système, en définitive, favorisant toujours plus les spéculations de ces bienfaitrices de l’humanité que sont Goldman Sachs ou JP Morgan.

Voilà, sournoisement, comment la finance nous gouverne. Doit-on continuer à se prosterner devant ses fétiches ?

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s