LA CAUSE PROFONDE DE NOTRE DÉCHÉANCE

Échec du système gouvernemental politique représentatif totalitaire, du système économique monétaire capitaliste oligarchique et du système juridique législatif.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=743003269096509&substory_index=0&id=100001605282488

:: pense & panse bête ::
Quand ça ne rentre ni du cul ni de la tête…
Il est plus facile d’endurer l’incompétence & l’ignorance que d’exiger l’excellence.

LA CAUSE PROFONDE DE NOTRE DÉCHÉANCE
TOUS ‘nos’ gouvernements depuis un bail & quart on laissés les québécois croupir dans l’ignorance abjecte d’un plus que minable 49% d’analphabétisme en émulant le ‘bon mot’ de la grande noirceur pré-révolution tranquille… « Un peuple ignorant est plus facile à gouverner » – Duplessis

C’est criminel car on ne peut condamner un peuple plus efficacement à l’insignifiance que via ce triste & pathétique état des choses. C’est tellement évident que la majorité refuse encore de croire à ces faits & roulent des yeux & haussent les épaules quand l’on pointe en direction de cette totale aberration en plein 21ième siècle ou nous serions supposés être rendus à la capacité d’apprendre à apprendre indépendamment tout au long de notre vie vu la vitesse des changements & l’accumulation extraordinaire de données & de connaissances qu’il nous faut trier, analyser & incorporer dans notre entendement juste pour se garder ‘compétitif’.

Donc, un des premiers points relevé par Les DIPLOMATES depuis leur inception demeure que l’éducation gratuite & universelle des québécois est un plancher. Une condition ‘sine qua none’ pour accomplir quoi que ce soit de valable à longue échéance.

Quand on est civilisé, c’est GRATUIT & UNIVERSEL…
Quand on est analphabète à 49%…
Ç’EST UNE OBLIGATION MORALE & ÉCONOMIQUE !
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=493173887412783&set=pb.100001605282488.-2207520000.1370783200.&type=3&theater

AU COEUR DE NOS PROBLÈMES !
Un chiffre, déroutant, devant lequel les travailleurs culturels, les médias et l’ensemble de la société civile devraient se sentir concernés. Cette réalité est d’autant plus effarantes lorsqu’on constate qu’elle est marquée par un silence généralisé. On parle beaucoup de santé, de construction, de corruption mais assez rarement de ce fossé qui sépare notre société en deux.

http://voir.ca/dossiers/alphabetisation-dossiers/2011/11/17/49-des-quebecois-dossier-alphabetisation/

L’éducation est ce qui manque à l’ignorant pour reconnaître qu’il ne sait rien mais plus on est ignorant, moins on s’en aperçoit.

Quelques faits…
Selon les statistiques, 49 % des Québécois sont considérés comme analphabètes « fonctionnels ». Ils sont capables de lire des textes courts et de répondre à des questions simples portant sur ces textes, mais les longs articles de journaux, les gros livres et les documents techniques sont hors de leur portée.

On pense souvent, à tort, que les analphabètes sont des gens âgés qui n’ont pas fréquenté l’école. La réalité est tout autre : la moitié des élèves terminent leur secondaire V avec des habiletés en lecture très limitées.

Que doit-on penser de ce phénomène ? S’agit-il d’un échec de notre système d’éducation ? Des parents québécois ? Quelle proportion d’analphabètes le Québec peut-il « tolérer » dans sa population ?

Niveau 1 (très faibles compétences) : beaucoup de difficulté à comprendre et à utiliser l’information écrite. Sait à peine lire et souvent ne sait pas écrire. Peut, par exemple, avoir de la difficulté à déterminer, à partir des renseignements indiqués sur l’emballage, quelle dose exacte de médicament donner à un enfant.

Niveau 2 (faibles compétences) : peut seulement se servir de textes simples, présentés clairement et dans lesquels les tâches à accomplir ne sont pas trop complexes. Cette catégorie permet de déterminer quelles sont les personnes qui se débrouillent au quotidien, avec le peu de capacités de lecture qu’elles possèdent, mais qui auraient de la difficulté à s’adapter à un nouvel emploi nécessitant un niveau supérieur d’alphabétisme.

Niveau 3 (niveau souhaité de compétences) : capable de bien lire mais peut être limité dans l’accomplissement de tâches plus complexes.

Niveaux 4 et 5 (compétences élevées) : les capacités de lecture sont de plus en plus élevées. La personne doit pouvoir manipuler plusieurs sources d’information à la fois ou résoudre des problèmes plus complexes, exigences nécessaires pour certains emplois.

La moitié des Québécois se situent dans les niveaux 1 ou 2 de littératie.
Marie-France en discute avec Camil Bouchard, professeur associé à l’UQAM, et Maryse Perreault, présidente de la Fondation pour l’alphabétisation.
http://bazzotv.telequebec.tv/occurence.aspx?id=806&ep=96

:: info+
www.fondationalphabetisation.org

& comme si ce 49% d’analphabètes québécois ne plombait pas assez la psyché de notre peuple, il faut y ajouter tout ce que cela implique tel l’ignorance des rouages fondamentaux de la société…

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix des haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. » – Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Ce qui faite que…
Nos élections sont un répugnant festival du mensonge, de le pensée par slogans, d’ad hominem tenant lieu d’argument, de simplification abusive des enjeux, des semi-vérités orchestrée par des firmes de relations publiques relayés par des médias pour la plupart complaisants: ce qui en bout de piste interdit à peu près toute véritable pensée et tout débat en profondeur. -Normand Baillargeon

« Comment pousser les gens à voter, penser et agir contre leurs intérêts est très intelligent. C’est la classe dirigeante la plus habile de l’histoire. Elle y travaille depuis 200 ans. C’est superbe. » – Gore Vidal

RÉSUMÉ EXÉCUTIF
Deux grandes traditions qui malheureusement ont marqué trop d’années de l’histoire de la province de Québec. Premièrement le mépris le plus complet pour l’intelligence du citoyen qu’on considère comme une simple marchandise électorale. Et deuxièmement la servilité d’un parti de roi nègre qui sont en fait les valets de chambres de certains gros intérêts, surtout les plus rapaces, qui eux aussi méprisent la population comme une espèce de tribu arriéré qui est fait pour être exploité à loisir – René Levesque

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s