Les copains d’abord, le peuple ensuite… Pour les miettes…

Échec du système gouvernemental politique représentatif totalitaire, du système économique monétaire capitaliste oligarchique et du système juridique législatif.

http://www.vigile.net/Les-copains-d-abord-le-peuple

Les copains d’abord, le peuple ensuite… Pour les miettes…

C’est le genre d’information qui passe généralement sous le radar. Les journaux la soulignent au passage, sans en faire un tintamarre, et la vie continue. La goinfrerie du ministre Bolduc prend ensuite toute la place et personne ne se rend compte que le gouvernement Couillard vient de nous en passer une petite vite…, une autre.

La nouvelle ? La Presse nous apprenait le 30 juin dernier qu’« un autre libéral au long cours », Pietro Perrino, venait d’être nommé par le conseil des ministres secrétaire général associé au Conseil exécutif. Son boulot, dans ce ministère stratégique au gouvernement du Québec : « soutenir les efforts du comité ministériel sur l’économie, la création d’emplois et le développement durable. » Il s’agit bien sûr d’un poste correspondant au rang de sous-ministre. Rien que ça.

Je ne m’étonne guère que ceux qui accèdent aux plus hauts échelons du pouvoir soient le plus souvent des proches du parti au pouvoir, comme ce fut le cas pour Roberto Iglesias (secrétaire général du gouvernement depuis le 16 avril), pour Georges Farrah (secrétaire à l’implantation de la stratégie maritime) ou pour Jean-Philippe Marois (responsable de l’accès à l’information et à la réforme des institutions démocratiques). Mais encore faut-il que ces serviteurs de l’État soient au-dessus de tout soupçon.

Souvenez-vous des FIER

Le nouveau secrétaire général associé au Conseil exécutif, un militant de longue date au PLQ, ancien président de l’aile jeunesse du PLQ, ancien conseiller de premiers ministre libéraux et ex-organisateur du parti du maire de Laval, Gilles Vaillancourt, a pour sa part trempé dans des affaires qui ont défrayé maintes fois les manchettes, il n’y a pas si longtemps. Le chef de la CAQ, François Legault, alors qu’il était dans l’opposition péquiste, avait lancé à l’Assemblée nationale la fameuse controverse des FIER (Fonds d’intervention économique régional) en affirmant notamment que MM. Valier Boivin et Pietro Perrino s’étaient placés en conflit d’intérêts en administrant les FIER Ville-Marie et Boréal, qui ont investi dans quatre entreprises dont ils étaient eux-mêmes actionnaires.

Voici ce que je racontais en 2012 dans mon ouvrage « Le mirage François Legault » (1) : « Il y avait dans la gestion des fonds, selon Legault, toutes les apparences d’un conflit d’intérêts. L’ancien porte-parole du PQ en matière de finances publiques avait en effet découvert que certains dirigeants de FIER avaient investi de l’argent dans leur propres entreprises. » Legault avait aussi insisté sur le fait que les actionnaires des entreprises favorisées par les FIER étaient issus des hauts rangs libéraux.

Légalité vs éthique

François Legault citait notamment à l’époque « le cas de l’entreprise Zoommed, de Brossard, qui avait reçu quelque 300 000$ du FIER Boréal-02, en soulignant que Pietro Perrino et Valier Boivin détenaient respectivement 650 000 et 400 000 actions de Zoommed. Il ajoutait que la Ranaz Corporation, de Saint-Eustache, avait également reçu 630 000$ du même FIER alors que Perrino et Boivin y détenaient respectivement 72 000 et 191 000 actions. Et il complétait son envolée en révélant que le FIER Boréal-02 avait encore consenti un million de dollars à Toptent, une autre compagnie dont les deux hommes étaient actionnaires, à hauteur de 706 000 actions chacun (2) », confirmant l’adage qui veut que l’on ne soit jamais mieux servi que par soi-même, un adage qu’a fait sien Yves Bolduc si l’on en croit les savantes manœuvres qu’il a déployées pour s’enrichir en toute légalité aux frais des citoyens…

Dans Le Devoir du 30 avril 2009, le journaliste Robert Dutrisac rapportait les propos suivant de François Legault : « Le gouvernement libéral a mis en place un fonds régional au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec de l’argent des contribuables, et ce qu’on voit (c’est que) non seulement l’argent n’a pas été investi au Saguenay, (mais) a été investi pour enrichir des petits amis du Parti libéral. »

MM. Perrino et Boivin ont par la suite envoyé une mise en demeure à François Legault, le sommant de se rétracter, mise en demeure qui n’a jamais eu de suites. « François Legault venait de réaliser un très bon coup pour le PQ. En soulevant ces sérieux problèmes d’éthique, le député de Rousseau marquait des points pour l’opposition. Même le très fédéraliste éditorialiste en chef du quotidien La Presse, André Pratte, qualifiait d’ « étonnants » et de « troublants » les faits révélés. (3)

Laxisme

Les sorties de François Legault ont si bien marché que le premier ministre Charest a dû se résigner à ordonner à Investissement Québec de mener une enquête sur ces sociétés financées aux deux tiers par des fonds publics. Le vérificateur général s’est aussi mêlé du dossier pour produire un rapport, rendu public le 2 décembre 2009, qui confirmait ces allégations de laxisme entourant la gestion des FIER. » (4)

« Comme dans le cas des garderies, le concept des FIER apparaît malheureusement comme un nid de favoritisme et de financement du Parti libéral, écrivait sur Cyberpresse un lecteur, Michel Lemay. (5) Les règles d’attribution des prêts bien que légales sont parfois conflictuelles et non éthiques. Les conseils d’administration des FIER ont-ils les compétences pour gérer de telles sommes ? À la lumière de certains résultats, le contribuable est en droit d’en douter. Rappelons simplement qu’il contribue de sa poche pour 200 millions de dollars sur lesquels il n’a aucun contrôle. Aucun gouvernement n’a le droit de permettre à quelques individus privés de jouer à la bourse avec l’argent des contribuables. »

Il faut rappeler également qu’en 2010, M. Perrino, notre nouveau secrétaire général associé au Conseil exécutif, était membre du conseil d’administration de la Société des alcools du Québec depuis six ans, gracieuseté de Jean Charest. Il faut rappeler aussi, comme le faisait La Presse (6) à l’époque, que Pietro Perrino avait « des intérêts importants dans la firme de sécurité BCIA. L’entreprise, sur la sellette depuis quelques jours, a obtenu pour 660 000 $ de contrats de la SAQ entre 2006 et 2008. » M. Perrino avait insisté pour dire qu’il n’est jamais intervenu au conseil d’administration de la société d’État sur les questions de contrats de sécurité. La question du conflit d’intérêts ici, sinon celle de l’éthique, encore une fois, n’en a pas pour autant perdu de sa pertinence.

Et comment pourrait-on oublier le rôle de Pietro Perrino dans les violations aux règles référendaires en 1995 ? Si le juge Grenier n’avait pas été en mesure de formuler contre lui des « conclusions défavorables » faute de « preuves suffisantes » dans son rapport de mai 2007, sa participation ne faisait toutefois aucun doute

Les petits amis

Bref, les décisions passées de Pietro Perrino dans le dossier des FIER soulèvent certainement, à tout le moins, des interrogations d’ordre éthique qui – tout comme pour le ministre de l’Éducation Yves Bolduc aujourd’hui – n’ont pas inquiété d’un iota le gouvernement Couillard lorsque le moment fut venu de nommer ses petits amis aux postes qu’ils occupent aujourd’hui. On le voit davantage de jour en jour, les déclarations d’éthique et de transparence ne sont que des leurres au PLQ. Le développement économique durable pour tous les Québécois est décidément à risque avec des acteurs politiques qui ont démontré qu’ils étaient des plus doués à d’abord prendre soin d’eux-mêmes.

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s