En guerre contre les cumulards de l’État

Échec du système économique monétaire capitaliste oligarchique.

http://tvanouvelles.ca/lcn/economie/archives/2012/05/20120522-164804.html

En guerre contre les cumulards de l’État

Bien connu pour sa dénonciation des rémunérations «himalayennes» des PDG des grandes banques, le fondateur du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), Yves Michaud, revient à la charge en s’attaquant à ceux qu’ils nomment les «cumulards de l’État».

(photo: Journal de Québec)

Les «cumulards de l’État», aux yeux de M. Michaud, sont ces élus dont les rentes de retraite, municipales, provinciales et/ou fédérales, et allocations de transition, leur permettent de jouir d’un traitement plus que confortable pendant de nombreuses années, bien après leur départ de la vie publique.

Il soupçonne certains «cumulards de l’État» de percevoir des rentes cumulées qui leur assurent des revenus annuels dans les six chiffres pour le reste de leurs jours.

Contrairement à Ottawa, un député à Québec a la possibilité de toucher parallèlement une «allocation de transition» et une rente de retraite, ce qu’on appelle dans le milieu le «cornet à deux boules».

Celui qu’on surnomme le Robin des banques a envoyé une demande à l’Assemblée nationale visant à connaître la rente de retraite «et autres traitements afférent » d’une douzaine de députés jugés «cumulards».

La Direction générale des affaires juridiques et parlementaires de l’Assemblée nationale a toutefois refusé d’obtempérer à sa demande, arguant qu’il s’agit d’informations confidentielles.

«Un document du bureau d’un membre de l’Assemblée nationale ou un document produit pour le compte de ce membres par les services de l’Assemblée n’est pas accessible à moins que le membre ne le juge opportun», lui a-t-on répondu, dans une lettre qu’a pu consulter Argent.

Impossible, donc, de savoir combien touchent les Diane Lemieux, Lucien Bouchard, Thomas Mulcair, Louise Harel et Jean-Marc Fournier qui ont siégé à un moment ou à un autre de leur vie à l’Assemblée nationale.

La Direction a demandé au seul député encore en service visé par la requête de M. Michaud, Jean-Marc Fournier, s’il consentait à fournir cette information, mais l’homme politique a décliné la demande.

M. Michaud a décidé de contester cette interprétation de la loi devant la Commission d’accès à l’information.

Quant aux allocations de transition, qui sont accordées aux députés battus lors d’une élection, une même règle de «confidentialité» s’appliquerait, selon la directrice générale et responsable de l’accès aux documents, Ariane Mignolet.

«Nous sommes d’avis que l’allocation de transition versée ou à être versée à un ancien député constitue un renseignement personnel confidentiel », écrit-elle.

En entrevue, M. Michaud s’est indigné de voir des députés accumuler de véritables petites fortunes en siégeant à divers paliers de gouvernement. « C’est purement et simplement de la gabegie», a-t-il dénoncé.

«L’État, ce n’est pas un coffre-fort. Le service de l’État, est-ce qu’on sait encore ce que c’est? » a-t-il demandé.

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s