Plus rien n’arrête la montée des inégalités | Le Devoir

Échec du système économique monétaire capitaliste oligarchique et du système gouvernemental politique représentatif totalitaire.

https://ccuucc.wordpress.com/2014/08/20/invitation-a-la-population-mondiale-pour-reprendre-en-main-la-destinee-de-lhumanite/

.
http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/416916/plus-rien-n-arrete-la-montee-des-inegalites

Plus rien n’arrête la montée des inégalités

Les «casseroleurs», qui descendaient dans les rues de Montréal soir après soir il y a deux ans, réclamaient notamment plus de justice, moins d’inégalités. Ces citoyens n’auront pas été entendus, s’il faut en croire l’IRIS.

Les syndicats ne parviennent plus à faire contrepoids à la montée des inégalités de marché même au Québec, où ils sont pourtant encore relativement bien présents, rapporte l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS).

Les tendances suivies par les revenus de marché du 1 % des Québécois les plus riches et de la moitié de leurs concitoyens les plus pauvres ont suivi deux trajectoires complètement différentes depuis 30 ans, constate une étude de 35 pages du think tank de gauche ayant été dévoilée mardi. Le petit groupe très sélect des uns a vu sa part du total québécois passer de 6,8 %, en 1982, à 10,5 %, alors que la part du gâteau des 50 % des Québécois les plus pauvres baissait de 13 % à 10,5 %, si bien que le 1 % des Québécois les plus riches gagnent autant, sinon plus aujourd’hui, que la moitié de la population la plus pauvre au Québec.

L’accroissement des inégalités de revenus de marché entre les plus riches et le reste de la population s’observe un peu partout dans les pays développés. «Le Québec n’est pas tellement différent du reste du Canada ni même des États-Unis à ce chapitre», a affirmé en conférence de presse l’auteur de l’étude, Paul-André Lapointe, professeur en relations industrielles à l’Université Laval. Le fossé grandissant des revenus s’explique par un ensemble de facteurs, dont la mondialisation et la mise en concurrence des travailleurs des pays riches avec la main-d’oeuvre à meilleur marché des pays en développement. Les innovations technologiques, notamment en matière d’informatique et de moyens de communication, ont aussi provoqué des bouleversements qui ont bien servi ceux qui les maîtrisent le mieux, mais qui en ont desservi d’autres.

La majorité des travailleurs sont également victimes de la «financiarisation de l’économie», dénonce Paul-André Lapointe. Autrefois, dit-il, l’augmentation de leur salaire était perçue comme un moyen d’amener de l’eau au moulin de la consommation et de la croissance économique, «alors qu’aujourd’hui les salaires ne sont vus que comme un coût qu’il faut contenir autant que possible pour générer un maximum de profits et de rendement pour les actionnaires.»

Contrairement à la plupart des experts, l’étude de l’IRIS fait complètement l’impasse sur l’effet redistributif de la fiscalité et des transferts sociaux. Un rapport du Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion concluait à ce sujet, plus tôt cette année, que les inégalités ont augmenté au Québec depuis 1990, mais que, par rapport à d’autres sociétés, dont les autres provinces canadiennes, les États-Unis et certains pays européens, le Québec a su conserver un niveau d’inégalités inférieur. Cependant, il est toujours devancé par les pays de l’Europe du Nord.

L’impact des syndicats

Les syndicats devraient normalement faire contrepoids à l’accroissement des inégalités, souligne l’IRIS, en raison du rapport de force qu’ils confèrent aux travailleurs face à leurs employeurs, mais aussi de leur propension à faire la chasse à l’arbitraire et aux inégalités de traitement, ainsi que de la pression qu’exercent généralement leurs conventions collectives sur les autres entreprises d’un même secteur, que leurs travailleurs soient syndiqués ou non. Le Québec devrait, sur ce point, être avantagé, avec son taux de syndicalisation de 36 %, contre 27 % dans le reste du Canada et 11 % aux États-Unis.

Or cela ne semble pas être le cas, si l’on se fie aux tendances générales, mais aussi aux gains salariaux réalisés par les travailleurs syndiqués et non syndiqués ces dernières années. Le salaire médian des premiers a, en effet, augmenté dix fois moins (1,7 % contre 16,2 %) que celui des autres depuis 1997. «C’est comme si les syndicats ne parvenaient pas à se servir de leur forte présence au Québec comme levier pour améliorer les conditions de travail de leurs membres et de l’ensemble des travailleurs», dit Paul-André Lapointe.

Le chercheur attribue, entre autres, cette contre-performance des syndicats au fait qu’ils sont surtout présents dans des industries relativement moins importantes ou en décroissance, comme la fabrication, la construction et le tertiaire public. On l’attribue aussi aux forts vents contraires, comme le recours grandissant aux travailleurs autonomes, aux agences de placement et à la sous-traitance, ainsi qu’à l’explosion des petites et très petites entreprises, à une opposition patronale de plus en plus hostile et à «la réduction prévisible de l’État».

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s