Une culture qui ne peut pas faire la distinction entre réalité et illusion meurt

Échec de la culture humaine déformée par le système d’information et d’éducation sociale déshumanisé, par le système économique monétaire capitaliste oligarchique et par le système gouvernemental politique représentatif totalitaire.

.
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=773905026006333&substory_index=0&id=100001605282488

Jf Diplomate

:: note de sévice ::
« Une culture qui ne peut pas faire la distinction entre réalité et illusion meurt.
Et nous sommes en train de mourir maintenant. – Chris Hedges

Nous regardons nos écrans électroniques comme Narcisse, épris de sa propre réflexion, se regardait dans l’eau jusqu’à ce qu’il dépérisse et meurt. Nous nous concentrons sur la « réalité » de la télévision, qui est un réel artificiellement construit, et l’on se complait à être le spectateur et le sujet.

La vraie réalité est oblitérée de notre conscience. C’est l’image électronique qui nous informe et définit. C’est l’image que nous donne notre identité. C’est l’image qui nous dit ce qui est réalisable dans le vaste culte du soi, ce que nous devons désirer, ce que nous devrions chercher à devenir et qui nous sommes.

C’est l’image qui nous pousse à penser que nous sommes devenus puissants, comme la popularité des jeux vidéo construite autour des thèmes de la violence et la guerre l’illustre, nous sommes devenus esclaves et appauvrie par l’état corporatif. L’image électronique nous ramène à l’adoration de soi-même.

C’est de l’idolâtrie. La réalité est remplacée par des mécanismes électroniques de polissage de la représentation de soi au cœur de sites de réseautage social tels que Facebook en plus d’encourager l’illusion de l’épanouissement et de l’auto accomplissement.

Et dans un monde coupé du réel, des limites ou du potentiel humain, il est inévitable d’embrasser la superstition et la magie. C’est ce que le culte des images implique. Nous nous enfonçons dans une peur irrationnelle et sombre issu d’une ignorance caverneuse du réel. Nous entrons dans une ère de barbarie technologique.

Le divertissement et le spectacle sont devenus le but de toutes les activités humaines, y compris la politique. Les campagnes électorales sont construites autour des récits personnels manufacturés de candidats, qui fonctionnent comme des célébrités, plutôt que d’avancer et défendre des politiques ou des idées. Les nouvelles sont devenues des téléromans et des mini-opéras bouffes tournant autour du dernier scandale des célébrités.

Le divertissement de masse s’articule autour des plus bas et grossiers instincts de la foule. Il nous conditionne à partager les mêmes aspirations et désirs. Il nous oblige à prendre la parole en utilisant les mêmes clichés et slogans éculés. Il homogénéise l’expérience humaine. Il se vautre dans la nostalgie et le sentimentalisme mielleux de l’amnésie historique. Il transforme ‘l’autre’ en un dessin animé ou un stéréotype. Il interdit l’empathie, car il interdit la compréhension. Il nie la singularité de l’homme et son unicité. Il nous assure que nous avons tous en nous la capacité, le talent ou la chance de devenir riche et célèbre. Il nous forme dans un troupeau suivant et conforme. Nous avons été conditionnés à croire défiant tous les grands écrivains morale et philosophique de Socrate à Orwell-que le but de la vie n’est pas de comprendre, mais d’être diverti. – Chris Hedges

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s