Un avocat soutient que les tribunaux québécois sont illégitimes | ICI.Radio-Canada.ca

« Oubliez le personnage coloré. Mes recherches me mènent toutes à donner raison à cette thèse : le système de justice est une monumentale fraude intellectuelle historique. Pour arriver à prouver l’inconstitutionnalité de nos tribunaux, il faut une détermination, hors du commun, comme celle de Claude Robinson où faire la révolution. Voilà pourquoi nous sommes coincés avec ce système depuis des générations. Qui d’autres aura le courage de dire la vérité? »

Le CCU a observé depuis plus de 30 ans les comportements et symptômes sociaux associés au système social : politique représentative totalitaire, économie monétaire capitaliste oligarchique et législation bureaucratique administrative déshumanisée. Nous arrivons aux même conclusions : le système législatif est illégal parce qu’il est antidémocratique et parce qu’il s’appuie sur des conventions et des concepts qui n’ont pratiquement rien à voir avec la nature humaine. Les objectifs non dits du système législatif actuel sont de supporter le fonctionnement du système politique représentatif totalitaire et du système économique monétaire capitaliste oligarchique. Rien d’autres!

« Les seules lois qui peuvent réellement s’appliquer en toute justice sont les lois de la nature et de la physique.
Aucune loi humaine n’est immuable… »

https://ccuucc.wordpress.com/justice/

.
http://ici.radio-canada.ca/regions/ottawa/2014/06/25/002-tribunal-quebecois-illegitime-citoyens-souverains.shtml

Un avocat soutient que les tribunaux québécois sont illégitimes

Les explications de Brigitte Bureau

Exclusif – L’une des figures les plus connues au Québec du mouvement des Citoyens souverains, Jacques-Antoine Normandin, a récemment été reconnue coupable de ne pas avoir produit ses déclarations de revenus. Son avocat, même s’il ne partage pas l’ensemble de ses convictions politiques, a décidé de porter la cause en appel, puisqu’il croit, comme son client, que les tribunaux québécois sont illégitimes.

M. Normandin a été a été reconnu coupable, en mai dernier, d’avoir omis de produire ses déclarations de revenus, pour lui et sa compagnie, et d’avoir fait fi d’un ordre de la cour de remplir cette obligation.

Ce citoyen originaire de Cowansville, en Montérégie, cumule en plus des milliers d’amendes impayées pour déclarations de revenus non produites depuis plusieurs années. M. Normandin est une figure bien connue des Citoyens souverains, un mouvement qui conteste la légalité des impôts, des tribunaux et des gouvernements.

Son avocat, Me Michel Le Brun, ne partage pas toutes ses opinions politiques, mais il a décidé de porter la cause en appel. Il compte défendre son client en soutenant que les tribunaux québécois sont illégaux.

« On en a appelé parce qu’on croit que la juge, qui est une juge de la Cour du Québec, n’est pas constitutionnellement fondée. » — Michel Le Brun, avocat de Jacques-Antoine Normandin

L’argumentaire de Me Le Brun se base sur le fait que Québec a aboli son Sénat en 1968, ce qui irait à l’encontre de la Constitution canadienne qui prévoit une législature du Québec formée de deux chambres.

« Le Parlement du Québec n’est pas la législature. C’est seulement la législature du Québec qui peut créer des cours et qui peut donc faire des lois dans la province », explique-t-il.

Un argument difficilement recevable

La dernière fois où Michel Le Brun a utilisé cette ligne de défense, il a perdu sa cause.

Un expert en droit consulté par Radio-Canada affirme que la Constitution permet aux provinces de modifier leur structure interne.

« Il y a plusieurs autres provinces qui ont, au cours de l’histoire, aboli leur chambre haute, et tout le monde est parvenu à la conclusion qu’une province peut unilatéralement abolir sa chambre haute », croit le doyen de la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa, Sébastien Grammond.

Selon lui, un avocat peut contester une loi et même la compétence d’un tribunal, mais remettre en cause la légitimité de l’État au grand complet pourrait poser problème.

« La question c’est de savoir à partir de quand ce genre d’exercice devient illégitime ou farfelu. » — Sébastien Grammond, doyen de la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa

Le Code de déontologie des avocats stipule que ces derniers doivent soutenir l’autorité des tribunaux.

Me Le Brun se défend de contrevenir à ce Code. Selon lui, il ne fait que défendre le respect de la Constitution.

Le Barreau du Québec n’a pas voulu commenter la démarche de Me Le Brun, parce que l’affaire est encore devant les tribunaux.

Jacques-Antoine Normandin connaîtra sa peine le 3 juillet prochain. Il pourrait écoper d’une peine d’emprisonnement et d’une amende.

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s