Revenu Québec: cotisations et litiges en forte hausse | Stéphanie Grammond | Québec

Échec du système économique monétaire capitaliste oligarchique, du système gouvernemental politique représentatif totalitaire et du système législatif bureaucratique déshumanisé.

Un système économique doit favoriser le développement individuel de l’humain et collectif de la civilisation par l’échange d’innovations ayant pour double objectif de combler la satisfaction individuelle et de contribuer au développement collectif. Le système économique monétaire capitaliste oligarchique ne permet pas ça.

Un système gouvernemental doit favoriser la cohésion et la stabilité sociale tout en protégeant le bien être individuel et collectif de la société qu’il gouverne en régularisant les décisions vers un objectif de durabilité et de pérennité. Le système politique gouvernemental représentatif totalitaire ne permet pas ça.

Un système législatif doit encadrer le fonctionnement des sociétés afin d’assurer une cohésion, une stabilité, la pérennité du développement et de l’évolution tout en appuyant le développement individuel et collectif en guidant les décisions politiques de façon durable. Le système législatif bureaucratique déshumanisé ne permet pas ça.

Le système politique représentatif totalitaire du Québec avec son système législatif bureaucratique déshumanisé sont prisonniers et coupables de graves problèmes avec le système économique monétaire capitaliste. Le gouvernement à donc pris des décisions et posé des actions qui vont à l’encontre de son rôle primaire.

Le système, dans ses défauts de conception est responsable des déséquilibres qu’il a lui même engendré et coupable de les entretenir et de les accentuer.

.
http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201409/09/01-4798399-revenu-quebec-cotisations-et-litiges-en-forte-hausse.php

Revenu Québec: cotisations et litiges en forte hausse

«On voit beaucoup plus de cotisations qui n'ont... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Les cotisations de Revenu Québec ont bondi depuis cinq ans. Et cette offensive du fisc a entraîné une hausse substantielle des litiges avec les contribuables. Coup d’oeil sur des statistiques inédites obtenues par l’Association de planification fiscale et financière.

Québec mise beaucoup sur la lutte contre l’évasion fiscale pour revenir à l’équilibre budgétaire. Mais ces objectifs de récupération de plus en plus ambitieux mettent beaucoup de pression sur Revenu Québec.

En 2012-2013, Revenu Québec a récupéré 3,5 milliards de dollars dans les poches des contribuables, un bond de 73% en cinq ans. Pour y arriver, le fisc a embauché 1100 employés, ce qui a entraîné une forte hausse des cotisations.

L’an dernier, près de 48 000 contribuables ont reçu un avis de cotisation après avoir eu la visite d’un vérificateur. Il s’agit d’une augmentation de presque 40% sur cinq ans.

Or, plusieurs fiscalistes dénoncent l’attitude cavalière du fisc. «On voit de plus en plus de cotisations arbitraires», constate Étienne Gadbois, fiscaliste associé chez De Grandpré Chait.

Même son de cloche de la part de Louis Tassé, avocat fiscaliste chez Couzin Taylor (EY). «On voit beaucoup plus de cotisations qui n’ont pas un fondement aussi solide que dans le passé», déplore-t-il.

Par exemple, Revenu Québec a une plus grande propension à cotiser pour des années prescrites. Normalement, une entreprise ne devrait plus recevoir d’avis de cotisation après trois ou quatre ans, sauf dans certaines circonstances bien précises.

En outre, le fisc applique de plus en plus souvent la pénalité de 50% pour grossière négligence, alors que cette pénalité peut seulement être imposée lorsque le contribuable a fait une déclaration erronée qui relève de la négligence ou de l’incurie.

Les contribuables contre-attaquent

Cette augmentation des cotisations augmente la bisbille entre le fisc et les contribuables. «On dirait qu’il y a un éveil de la population à combattre les cotisations non fondées», estime Me Gadbois.

En effet, le tiers des contribuables qui se font cotiser à la suite d’une vérification décident de s’y opposer.

L’an dernier, Revenu Québec a reçu plus de 15 000 avis d’opposition de la part de contribuables qui s’estimaient lésés. Il s’agit d’une progression de 28% en cinq ans. «Mais toutes proportions gardées, le taux d’avis d’opposition n’a pas augmenté par rapport au nombre d’avis de cotisation, il a même diminué», fait remarquer Stéphane Dion, porte-parole de Revenu Québec.

Toutefois, la majorité des contribuables n’obtiennent pas gain de cause en déposant un avis d’opposition, un processus de révision interne, impartial et sans frais.

Dans 59% des cas, Revenu Québec maintient sa cotisation en entier. Et bien d’autres cotisations sont partiellement maintenues.

Malgré tout, l’avis d’opposition n’est pas nécessairement un coup d’épée dans l’eau pour le contribuable. Certains dossiers peuvent se régler si le contribuable fournit des documents ou des preuves qu’il n’avait pas au moment de la vérification. «Mais si le contribuable n’a rien de neuf à présenter, l’opposition est peine perdue», croit Me Gadbois.

Davantage de litiges

De plus en plus de contribuables franchissent une autre étape et portent leur litige devant les tribunaux, comme en témoigne la hausse de 26% du nombre d’appels de cotisation déposés à la cour depuis cinq ans.

Mais sur les 1233 dossiers, très peu se rendent jusqu’au bout.

La moitié des contribuables s’entendent à l’amiable avec le fisc. «De plus en plus de dossiers se règlent. Je crois que cela s’explique par la faiblesse des bases de cotisation du fisc», estime Nicolas Simard, avocat fiscaliste chez Spiegel Sohmer.

Toutefois, les statistiques fournies par Revenu Québec ne précisent pas les sommes en cause, ce qui donnerait un portrait plus juste.

Par ailleurs, plus du quart des contribuables se désistent avant de passer devant le juge.

«Les gens veulent s’opposer, mais ils n’ont pas nécessairement l’argent, enchaîne Me Simard. La PME qui se retrouve avec un avis de cotisation de 400 000 ou 500 000$ va souvent penser faire faillite plutôt que d’essayer de contester. C’est une question de coûts.»

Les procédures peuvent coûter des dizaines, voire des centaines de milliers de dollars. Et il n’y a jamais de garantie de résultat. Au contraire, les jugements sont cinglants pour les contribuables. Seulement le quart d’entre eux ont gain de cause sur toute la ligne.

L’an dernier, Revenu Québec a remporté 65% de ses procès et gagné partiellement 8% des dossiers.

Sur cinq ans, «79% des décisions rendues ont été gagnées ou partiellement gagnées par Revenu Québec, précise M. Dion. Bref, quatre fois sur cinq les tribunaux ont donné totalement raison ou partiellement raison à Revenu Québec.»

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Géneral. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s